Origine de l'aligot

Publié le par Mairie de Lapanouse

Comme à l'habitude il est de coutume de manger l'aligot en Aveyron, mais connaissez vous tous ses mystères et son histoire?

Aligot

Assiette d'aligot
Assiette d'aligot

L'aligot est un plat originaire du plateau de l'Aubrac, qui s'est depuis répandu dans la région Auvergne et celle du Limousin. Le mot aligot est dérivé de « aliqu'ot », lui même dérivé du latin « aliquod » qui signifie « quelque chose ».

Sommaire

Histoire

Ce plat était à l'origine préparé avec des morceaux de pain et de la tome fraîche. Les moines de l'Aubrac le servaient aux pèlerins qui traversaient le massif, sur la Via Podiensis pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Ce plat est maintenant préparé avec des pommes de terre. Il s'agit d'une purée de pommes de terre à laquelle sont mélangées de la crème et de la tome fraîche qu'il faut travailler et retravailler pour obtenir la texture parfaite. Les amateurs y rajoutent aussi un peu d'ail. Traditionnellement, l'aligot est produit (et dégusté) dans les maisons des vachers, les burons.

À l'instar de la fondue, l'aligot ne tient pas seulement au ventre, il tient en sympathie. L'aligot, qui fut autrefois un plat de subsistance, est devenu un plat de fête. Il est aussi appelé le « ruban de l'amitié ».

Légende associée

Une légende de l'Aubrac évoque la création de l'aligot par la rencontre des trois évêques des diocèses de Rodez, Mende et Saint-Flour au croisement des trois départements. À l'heure du repas, chacun aurait apporté un ingrédient : la tome du Rouergue, les pommes de terres d'Auvergne, le beurre, le lait et le savoir-faire du Gévaudan, ainsi serait né ce plat typique de l'Aubrac. La croix dite « croix des trois évêques », qui représente la jonction des trois départements, se retrouve ainsi associée à cette légende.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article